Faut-il apprendre aux étudiants comment lire un texte? Récit d’une démarche de pratique réflexive chez des professeurs de plusieurs disciplines au sujet de la lecture

Numéro: 

2

Rubrique: 

Volume: 

30
BÉLEC, Catherine
En collaboration avec : Julie Myre-Bisaillon, Julie Roberge et Alexandre Buysse

Certaines études déplorent que 19,4 % des diplômés universitaires nés au Québec ne possèdent pas un niveau de littératie suffisant pour bien fonctionner en société. Un individu n’ayant pas un niveau de littératie suffisant pour fonctionner en société pourrait s’avérer un bon lecteur de romans, mais ne pas se trouver en mesure de comprendre un manuel d’instructions; ou bien être apte à lire un article, mais incapable de porter un jugement critique sur la fiabilité de celui-ci. Or, lorsque nous souhaitons que nos étudiants fassent des apprentissages à travers les textes que nous leur donnons à lire, quelle que soit la discipline, nous nous attendons à ce qu’ils aient un niveau de littératie suffisamment élevé pour effectuer le transfert attendu. Hélas, la réalité semble en effet tout autre : plusieurs professeurs remarquent les difficultés qu’éprouvent nombre d’étudiants lorsqu’ils ont à s’approprier des savoirs par la lecture, et ce, pas seulement dans les cours de français. Conscients de cette problématique, six professeurs du Cégep Gérald-Godin, appartenant à différentes disciplines, ont accepté de participer à un projet visant à favoriser le développement de l’autorégulation en lecture de leurs étudiants. Alors que le projet en est encore à ses débuts, force est de constater que la démarche engage les participants dans un processus de réflexion au regard de leur propre rapport à la lecture et de son utilisation en tant qu’outil d’apprentissage auprès de leurs étudiants. L’article présente quelques faits saillants de cette démarche réflexive qu’ont réalisée ces professeurs, ainsi que les questionnements et les enjeux que celle-ci a mis au jour. Par ailleurs, quelques pistes d’actions sont présentées pour les professeurs qui voudraient améliorer le potentiel pédagogique des activités d’apprentissage par la lecture proposées à leurs étudiants.

L’AQPC reconnait, en 2014-2015, la contribution financière de Patrimoine canadien au développement technologique de la revue, par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, volet Innovation commerciale pour les périodiques imprimés.

Logo Gouvernement du Canada 

Panier

Votre panier est vide.