L'idéologie antédiluvienne du nouveau programme des Sciences de la nature et l'éducation à la citoyenneté

Numéro: 

2

Volume: 

13
Desautels, Jacques

Pierre Foglia (1999), journaliste à La Presse, a écrit un magnifique article à propos de L’Erreur Boréale, le documentaire produit et animé par Richard Desjardins. L’image la plus forte du film, dit-il, est celle où l’on voit un avion s’élever au-dessus des arbres d’où l’on peut constater qu’il n’y a plus de forêt derrière la lisière d’épinettes mais plutôt « un désert griffé par les ongles d’acier des abatteuses » (p. A-5). Cette mince lisière d’épinettes laissées debout le long des lacs, des rivières et des chemins, constitue un véritable trompe-l’œil. En produisant ainsi l’illusion d’une forêt, les grandes papetières appuyées par les technocrates à l’emploi des gouvernements québécois successifs perpétuent, à l’abri des regards indiscrets et à l’insu de la population, la vieille pratique dévastatrice des coupes à blanc. Bien plus, ajoute Foglia, le film de Desjardins est une œuvre universelle car l’idéologie technocratique qu’il met en scène traverse toutes les sphères de la société et, en particulier, la culture, la santé et l’éducation. En ce sens, je tenterai de montrer que le nouveau programme des « Sciences de la nature » revêt la forme d’un trompe-l’œil idéologique. En effet, derrière les apparences d’un discours qui incorpore un vocabulaire à la mode, se profile une représentation des sciences antédiluvienne, de facture scientiste, qui ignore les travaux effectués en philosophie, en histoire, en anthropologie, en sociologie et en didactique des sciences au cours des trente dernières années. Parallèlement, je ferai également état de quelques conséquences possibles de cette situation au regard de la formation à la citoyenneté des étudiantes et des étudiants du collégial. Enfin, je tenterai d’esquisser quelques ouvertures sur d’autres possibles en matière d’éducation aux sciences. Mais il importe d’abord de préciser quelques-uns des concepts utilisés pour effectuer l’analyse du programme.

L’AQPC reconnait, en 2014-2015, la contribution financière de Patrimoine canadien au développement technologique de la revue, par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, volet Innovation commerciale pour les périodiques imprimés.

Logo Gouvernement du Canada 

Panier

Votre panier est vide.