Le bon professeur, c’est celui qui se cherche des problèmes

Numéro: 

2

Rubrique: 

Volume: 

29
MILGROM, Élie
ROBERGE, Julie

Nous sommes tous très occupés. Nous avons donc une tendance naturelle à faire passer ce qui est urgent avant tout le reste, y compris souvent avant ce qui est important. Un professeur qui n’a pas de problèmes comme enseignant –ou qui ne reçoit aucun signal lui disant qu’il pourrait en avoir – sera enclin à consacrer son énergie aux nombreuses autres questions qui le préoccupent et qui réclament son attention. Il est encouragé dans cette voie par une opinion erronée très (trop) répandue selon laquelle l’absence de problèmes dans un enseignement implique nécessairement que cet enseignement est de bonne qualité. Cette perception risque, très souvent, d’endormir les velléités de se poser des questions au sujet de ces enseignements. Cela freine la remise en question de ses propres méthodes et attitudes pédagogiques, ce qui est pourtant une condition nécessaire pour essayer de mieux faire. Or, dans cette entrevue, Élie Milgrom fait la démonstration qu’on peut presque toujours faire mieux, même si l’on pense ne pas avoir de problèmes !

L’AQPC reconnait, en 2014-2015, la contribution financière de Patrimoine canadien au développement technologique de la revue, par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, volet Innovation commerciale pour les périodiques imprimés.

Logo Gouvernement du Canada 

Panier

Votre panier est vide.