Apprendre : un phénomène essentiel à comprendre pour mieux enseigner

Numéro: 

1

Volume: 

16
Blondin, Denis

Au Québec, le milieu de l’enseignement collégial est animé d’une dynamique fort intéressante. Les compétences comme principe organisateur des programmes font évoluer les conceptions et les pratiques pédagogiques dans une direction favorable à la qualité de la formation des apprenantes et des apprenants. Former la compétence de l’élève, voilà bien le but de l’enseignement. Nous sortons d’une période où le cours magistral aura régné en maître, si l’on peut dire! Il aura permis un exercice très raisonnable de la profession ainsi qu’une gestion des apprentissages à la fois économique et pratique. Il y a quelques années encore, enseigner, sauf exception, équivalait presque automatiquement à adopter le modèle magistral et, du coup, à concevoir l’apprentissage d’une certaine manière. Progressivement, avec le développement des sciences cognitives allié à la redécouverte d’auteures et d’auteurs importants comme Piaget et Vygotski, une nouvelle conception est apparue, celle-ci s’imposant de plus en plus de nos jours. L’enseignement en sortira transformé, avec une efficacité accrue mais aussi avec de nouveaux problèmes à résoudre. Ainsi va la vie! Cet article propose quelques réflexions pouvant aider à fonder nos pratiques d’enseignement sur une conception explicite et plus riche de l’apprentissage, qui reste fondamentalement un phénomène complexe qu’il importe de bien comprendre pour mieux enseigner.

L’AQPC reconnait, en 2014-2015, la contribution financière de Patrimoine canadien au développement technologique de la revue, par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, volet Innovation commerciale pour les périodiques imprimés.

Logo Gouvernement du Canada 

Panier

Votre panier est vide.