Aider un autre élève peut-il faire baisser ma cote R ?

Numéro: 

2

Volume: 

16
Périard, Martin

Aider ou ne pas aider ? Cette question trouble plusieurs élèves qui désirent être admis dans une discipline fortement contingentée et qui, par voie de conséquence, ne veulent pas diminuer leurs chances d’être admis en aidant un élève plus faible à améliorer ses résultats scolaires. En effet, les élèves sont portés à croire que le fait qu’un condisciple augmente ses notes peut avoir comme conséquence de faire baisser leur propre cote R. Ainsi, les professeures et les professeurs désirant adopter une pédagogie basée sur l’apprentissage coopératif seront rapidement confrontés à cette réticence bien légitime. Outre la situation d’entraide, les élèves peuvent aussi démontrer de la réticence à d’autres types de situations où d’autres élèves peuvent augmenter leurs notes, des situations qui, avec la hausse de la cote R de ces derniers, sont susceptibles, leur semble-t-il, de faire baisser leur propre cote R. C’est ce qui s’est vécu intensément au collège de Bois-de-Boulogne lorsque les professeures et les professeurs de physique mécanique ont décidé de remplacer les deux examens intrasemestriels habituels par un examen de mi-session comptant pour 30 % de la note finale. Afin d’éviter d’éventuels échecs, un examen de reprise avait été prévu une semaine plus tard pour tous les élèves qui n’auraient pas obtenu 70 %, la note maximale possible à cet examen de reprise. Nous avons dû, pour mettre en œuvre cette procédure, faire face à une forte opposition des meilleurs élèves, soit ceux qui ont de bonnes notes. Avant de relater cette expérience, il convient d’apporter des précisions sur les cotes R et Z.

L’AQPC reconnait, en 2014-2015, la contribution financière de Patrimoine canadien au développement technologique de la revue, par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, volet Innovation commerciale pour les périodiques imprimés.

Logo Gouvernement du Canada 

Panier

Votre panier est vide.