L'avenir prometteur de l'apprentissage par problèmes en Soins infirmiers

Portrait de Chris Hudon

Résumé: 

Dans une classe, quelques élèves sont réunis en cercle. Ils lisent tour à tour les parties d’un texte qui expose le problème d’une personne qui a besoin de soins. Qu’arrive-t-il à cette personne ? Quel est son problème ? Une élève se rend au tableau pour écrire, au fur et à mesure, le fruit des réflexions du groupe en vue de résoudre ce problème, une autre prend en note le résultat final de cette démarche ; la tutrice intervient à l’occasion, posant une question, semant un doute. Les élèves relèvent des indices, avancent des hypothèses - dont quelques-unes légèrement farfelues -, des rires fusent, une discussion s’amorce... Les yeux sont attentifs; les visages, intéressés. Ces élèves participent à la première phase d’un tutorial en apprentissage par problèmes. Ailleurs, dans une salle d’enseignement d’un milieu hospitalier, une dame expose brièvement son problème à une infirmière. Celle-ci procède à la collecte des données en exposant son raisonnement à voix haute devant six ou sept camarades et une tutrice, laquelle fait intervenir le groupe quand l’élève qui joue le rôle de l’infirmière est à court d’hypothèses. L’élève qui incarne la requérante de soins répond uniquement aux questions qui lui sont posées et ne dévoile les données non évoquées que lorsque le groupe de stage met fin à l’entrevue. Cette séance d’apprentissage du raisonnement clinique a pour but de favoriser chez les élèves l’acquisition et le développement des habiletés de raisonnement clinique. Voilà à quoi ressemble le climat d’apprentissage dans lequel baignent, depuis l’automne 2001, les élèves en Soins infirmiers du Cégep du Vieux Montréal. Le département de Soins infirmiers, conjointement avec les disciplines contributives que sont la biologie, la psychologie et la sociologie, s’est en effet engagé dans une réforme pédagogique dont le véhicule principal est l’apprentissage par problèmes (APP). Cette expérience d’immersion interdisciplinaire, unique dans l’enseignement collégial, a nécessité la mise en place de différents mécanismes d’évaluation. À l’heure actuelle, bon nombre de gens observent l’expérience avec curiosité et en attendent l’évaluation avec intérêt. La recherche L’apprentissage par problèmes en Soins infirmiers : adaptation en clinique et évaluation des effets, subventionnée par le Programme d’aide à la recherche et à l’apprentissage (PAREA) du ministère de l’Éducation du Québec, est l’un des mécanismes d’évaluation de l’implantation de l’APP. Les chercheuses Raymonde Cossette, Suzanne Mc Clish et Kim Ostiguy, toutes trois enseignantes au département de Soins infirmiers du Cégep du Vieux Montréal, ont conduit cette étude qui comporte deux volets. Dans le premier, elles évaluent les effets de l’APP sur une série de variables reliées à la motivation et à la réussite en comparant les résultats de 124 élèves de première année formées en APP avec ceux de 579 de leurs homologues qui reçoivent une formation plus traditionnelle dans quatre établissements francophones du réseau collégial. Dans le second, elles rendent compte d’une expérience d’adaptation de la méthode de l’apprentissage du raisonnement clinique (ARC), l’une des variantes de l’apprentissage par problèmes, dont elles ont observé les effets sur divers indicateurs [...].

Résumé: 

In a classroom scenario, a few students are sitting in a circle. They are taking turns reading a document that describes the situation of a person in need of care. What is happening with this person? What is their health problem? One student goes to the board to write down the thoughts expressed by the group on how to best deal with the problem. Another student jots down the final resolution of the exercise. The teacher steps in occasionally to question their choices. The students use the clues to formulate hypotheses – some may seem far out! Laughter is heard and a discussion gets underway. Keenly interested and focused on the problem, these students are participating in the first phase of a tutorial in problem-based learning. Elsewhere in a classroom at the hospital, a woman is describing her problem situation to a nurse who collects the data. As she jots down the information, she verbalizes her rationale out loud in the presence of six or seven colleagues and a tutor. When the student playing the role of the nurse runs short of hypotheses the tutor calls upon the group to assist. The student who plays the role of the patient only answers questions that are asked and does not offer any additional information until the group in training brings the interview to an end. This practical exercise is designed to promote the acquisition and development of clinical thinking among students. This is the type of learning climate that prevails in the Nursing program at Cégep du Vieux Montréal since the Fall of 2001. The Nursing department together with the contributive disciplines of biology, psychology and sociology, embarked on an educational reform focusing on problem-based learning (PBL). This interdisciplinary immersion experience, unique in college teaching, required the implementation of different evaluation mechanisms. At present, a number of people are observing the experiment with great interest and are eagerly awaiting its assessment. The research entitled Problem-based learning (PBL) in Nursing: a clinical adaptation and the evaluation of its impact, is funded by PAREA (Programme d’aide à la recherché et à l’apprentissage), an agency within the ministère de l’Éducation du Québec and is one of the evaluation mechanisms behind PBL implementation. Researchers Raymonde Cossette, Suzanne Mc Clish and Kim Ostiguy, responsible for the two-part study, are teachers in Nursing at Cégep du Vieux Montréal. In Part 1, they evaluated the impact of PBL on a series of variables linked to motivation and success. They did this by comparing the results of 124 first year students trained in PBL with those of 579 students who received traditional training in four francophone institutions within the college network. In Part 2, they describe an experiment where the impact of clinical reasoning learning (CRL), a variation of PBL, is studied relative to various indicators [...].

Pages

L’AQPC reconnait, en 2014-2015, la contribution financière de Patrimoine canadien au développement technologique de la revue, par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, volet Innovation commerciale pour les périodiques imprimés.

Logo Gouvernement du Canada 

Panier

Votre panier est vide.