Gérald-Sigouin Award

Each year, the Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC) pays homage to one or more individuals, people whose work has left an impression on the college community. This homage comes as an award bearing the name of one of the Association's founders and its first director general, Gérald Sigouin.

Discover the laureates of the Gérald-Sigouin Award.

2017

Hélène Allaire

Cégep Marie-Victorin

Hélène Allaire

Le prix Gérald-Sigouin revêt une dimension symbolique importante pour le conseil d'administration de l'AQPC, et c'est en ayant en tête la contribution exceptionnelle du bâtisseur et du rassembleur qu'est Gérald-Sigouin pour l'ensemble du réseau collégial qu'il choisit chaque année le digne lauréat de ce prix. C'est notamment parce que les membres du conseil d'administration ont vu la marque d'une bâtisseuse et d'une rassembleuse dans la carrière menée par Hélène Allaire, dans sa vision pédagogique, dans les valeurs qu'elle incarne et dans ses nombreuses contributions à l'avancement du réseau collégial ainsi que de l'AQPC elle-même qu'ils sont heureux de lui décerner ce prix en 2017.

Empreinte d'humanisme, d'une qualité d'écoute remarquable et d'une grande ouverture, Hélène Allaire a démontré de plusieurs façons ses compétences, la profondeur de sa réflexion pédagogique, son attachement au réseau collégial et sa loyauté indéfectible envers les idéaux que sont la démocratisation de l'éducation et son accessibilité pour tous. Pendant plus de 40 ans, elle a su marquer et influencer l'éducation au Québec, d'abord chez les tout-petits, puis à l'enseignement collégial.

Cohérence, rigueur, engagement ainsi qu'attitude favorisant la discussion et le changement figurent sans contredit parmi les éléments de la signature professionnelle de Mme Allaire, y compris à titre de professeure, de conseillère pédagogique, puis comme directrice des études du Cégep Marie-Victorin. Cette signature a aussi marqué le réseau collégial, tout comme les divers travaux d'Hélène Allaire sur le développement de modèle d'évaluation des programmes d'études s'intégrant à leur gestion et permettant d'assurer leur développement dans une démarche aussi rigoureuse qu'inclusive.

Dans un nombre impressionnant d'instances ainsi que d'organismes de l'éducation et du réseau collégial, Mme Allaire tout comme sa vision et son leadership pédagogiques suscitent des commentaires fort élogieux. Chacun reconnait en elle une agente de changement animée par la volonté de donner toujours plus de sens aux parcours collégiaux afin que chacun des étudiants s'y réalise pleinement et y réussisse.

Félicitations à Hélène Allaire!

 

2016

Robert Poulin

Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur

Robert Poulin

En 2016, le prix Gérald-Sigouin est remis à Robert Poulin, jeune retraité du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) : sa carrière, ses actions et son engagement profond envers le réseau collégial et envers la pédagogie ainsi que la recherche qui s’y déploient ont contribué de façon hautement positive au développement et à l’amélioration de la qualité de l’enseignement.

 

Depuis son entrée dans le réseau collégial à titre d’enseignant, puis à titre de coordonnateur de son département et de président du syndicat des enseignants du Cégep de l’Outaouais, Robert Poulin a occupé au MEES des fonctions et mené des dossiers de façon telle qu’il a laissé une empreinte marquante sur l’ordre d’enseignement collégial : pilotage de nombreuses enquêtes, de comparatifs internationaux et de systèmes, élaboration de plans de veloppement de la recherche collégiale et « relance » de celle-ci, refonte du processus de reconnaissance des centres collégiaux de transfert de technologie, soutien du déploiement d’une culture technopédagogique et scientifique, actions favorisant la concertation entre les organismes qui contribuent à la vitalité du réseau, souci de mettre en valeur le dynamisme de ce dernier et de faire rayonner l’expertise collégiale et contribution à la passation de l’information ainsi que des connaissances en matière de recherche collégiale sont quelques-unes des façons dont Robert Poulin s’est illustré.

Lunici de l’ensemble de la carrière de M. Poulin, la sensibilité hors du commun dont il fait preuve et son souci de rassembler la communauté collégiale amènent les membres du conseil d’administration de l’AQPC à faire siens les propos de leurs collègues de l’Association pour la recherche au collégial (ARC) : Robert Poulin est « un allié indéfectible pour le réseau collégial, tant pour ce qui concerne le soutien aux établissements qui le composent que pour l’appui aux organisations qui animent ce réseau sur tous les plans ».

 

Félicitations à Robert Poulin !

2015

Alice Havel

Dawson College

alice_havel

Par la remise du prix Gérald-Sigouin, qui porte le nom de l’un des fondateurs et premier directeur général de l’Association, l’AQPC souhaite rendre hommage à une personne dont le travail à ce jour a marqué le monde collégial. En 2015, les membres du conseil d’administration de l’AQPC remettent ce prix à Alice Havel, psychologue et responsable de la coordination du Service d’aide à l’intégration des étudiants, au Collège Dawson.

Madame Havel est assurément l’une des personnes ayant contribué à transformer la façon dont on conçoit le handicap en milieu collégial. En fait, par sa participation à des travaux de recherche ainsi qu’à des publications scientifiques et de vulgarisation, par les conférences qu’elle a prononcées dans plusieurs établissements, par son engagement au sein de divers organismes de recherche, d’associations ainsi que de comités de travail à l’échelle provinciale et par son travail patient au quotidien, Alice Havel a été à l’avant-plan d’un changement fort important dans nos collèges : elle a sensibilisé le réseau collégial à la réalité des situations de handicap que vivent nombre d’étudiants, elle a contribué à ce que nous entreprenions collectivement un virage en délaissant dans le milieu collégial une approche médicale du handicap au profit d’un modèle social et elle a accompagné nombre de pédagogues dans l’adoption de pratiques pédagogiques inclusives.

Chef de file, Alice Havel est une source d’inspiration et une joueuse d’équipe que le conseil d’administration de l’AQPC est très fier de compter parmi la grande équipe du réseau collégial !

Félicitations à Alice Havel !

2014

Roger de Ladurantaye

Cégep de Rivière-du-Loup

Par la remise du prix Gérald-Sigouin, qui porte le nom de l’un des fondateurs et premier directeur général de l’Association, l’AQPC rend hommage à une personne dont le travail marque le monde collégial. En 2014, les membres du conseil d’administration de l’AQPC sont heureux de remettre ce prix à Roger de Ladurantaye. D’abord enseignant de philosophie pendant 15 ans au Cégep de Rivière-du-Loup, M. de Ladurantaye y est devenu conseiller pédagogique en 2000. Professionnel de haut niveau maitrisant un territoire pédagogique qu’il a su arpenter, défricher et bien cultiver, il contribue de façon remarquable au développement des connaissances, des compétences et des pratiques pédagogiques dans son collège ainsi que dans le réseau. Dès 2002, alors que le Réseau des répondantes et répondants TIC (REPTIC) n’est encore qu’un projet expérimental, M. de Ladurantaye est de la partie. Il occupe aussi, depuis la même année, une place marquante à l’Association pour les applications pédagogiques de l’ordinateur au postsecondaire (APOP), que ce soit à son conseil d’administration, à l’animation de divers comités ou à travers ses interventions constructives, justifiées, documentées et inspirantes. Également répondant local PERFORMA, M. de Ladurantaye donne des cours dans deux programmes de ce secteur de l’Université de Sherbrooke. Il conserve dans ce contexte la même approche rigoureuse, appuyée sur la recherche, reposant sur des cadres conceptuels de même qu’empreinte d’humanité. Pour sa contribution réfléchie et rigoureuse au développement pédagogique du réseau collégial ainsi que pour son engagement aussi fructueux que durable, M. Roger de Ladurantaye reçoit en 2014 le prix Gérald-Sigouin décerné par l’AQPC.

2013

Michel Perron

Cégep de Jonquière et UQAC

D'abord enseignant en Techniques de travail social au Cégep de Jonquière, Michel Perron s'est engagé dans la recherche et dans les services à la collectivité en vue de soutenir la réussite éducatice des jeunes. En cela, sa carrière l'a amené sur tous les fronts, que ce soit sur le plan du réseau collégial ou en amont et en aval, et ses travaux de recherche ont notamment permis au réseau collégial de mettre en place des stratégies de mobilisation et de concertation tant régionales que provinciales sur la persévérance scolaire. Michel Perron a entre autres participé à la fondation du groupe de recherche ECOBES (Étude des COnditions de vie et des BESoins de la population) au Cégep de Jonquière. Il a ainsi posé la première pierre de ce qui deviendra l’un des premiers centres collégiaux de transfert de technologie dans le domaine des pratiques sociales novatrices (CCTT-PSN) reconnus par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Il a aussi innové lorsqu’il a fondé le Conseil régional de prévention de l’abandon scolaire (CREPAS) dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Par son travail inlassable sur le terrain pour faire connaitre les déterminants socioéconomiques de la réussite scolaire, il a pavé la voie à un modèle qui, aujourd’hui, soutient à l’échelle québécoise les instances régionales de mobilisation et de concertation autour de la persévérance scolaire et de la réussite éducative. Michel Perron est également à l’origine d’une autre première au Québec : la création de la chaire de recherche VISAJ, qui découle de la collaboration entre l’Université du Québec à Chicoutimi et le Cégep de Jonquière. Cette chaire, dont il est le titulaire, a pour mission de contribuer au développement et à la diffusion de connaissances sur les conditions de vie, la santé et les aspirations des jeunes de moins de 20 ans. Elle illustre également l’importance qu’ont pour Michel Perron la circulation des connaissances et la diffusion des travaux de recherche.

2012

Jacques Belleau

Cégep de Lévis-Lauzon

Jacques Belleau

Jacques Belleau est directeur adjoint des études, responsable du Service des ressources à l’enseignement et à l’apprentissage, au Cégep de Lévis-Lauzon. Passionné de pédagogie, il est d’abord un artisan qui anime la vie pédagogique de son collège. Il mobilise l’équipe pédagogique par ses habiletés de communicateur et rassemble ses collègues enseignants par son écoute, ses valeurs et ses idées. Les quelque 150 billets qu’il a signés dans le bulletin pédagogique de son collège témoignent de sa volonté de partager son vif intérêt pour l’apprentissage. Jacques Belleau est aussi l’auteur de publications importantes en pédagogie, dont plusieursouvrages numériques ou imprimés, et d'un site Internet. Jacques Belleau contribue régulièrement aux activités de l’AQPC et il est intervenu en tant que conférencier dans d’autres colloques, dont ceux portant sur l’approche orientante, sur la génération « C » et sur les services de garde. En plus d’agir comme communicateur dans des congrès, il a aussi contribué à la formation de ses collègues en animant six cours offerts dans les programmes PERFORMA. Animateur pédagogique engagé, auteur réputé, formateur et conférencier apprécié, M. Belleau est un homme qui compte à son bilan des réalisations touchant de nombreux aspects de la pédagogie collégiale. Ainsi, au cours de sa carrière, il a contribué à la conception et à la mise en œuvre des devis de la formation générale. De même, il a orienté la réflexion ayant présidé au choix du logiciel Koha à titre de système de gestion des bibliothèques du réseau collégial, en plus d’être le coordonnateur du développement d’une application mobile pour les bibliothèques de l’Université du Québec et de plusieurs collèges. Par ailleurs, son engagement envers le projet Cégep en réseau a été déterminant tant pour son collège que pour les établissements partenaires. Jacques Belleau a contribué à l’évolution de la pédagogie collégiale par ses publications, par ses activités d’animation, par son esprit de développement et par son engagement dans l’action. Ses collègues sont unanimes à célébrer son dynamisme pédagogique, ses qualités humaines, son ouverture, son écoute ainsi que sa profondeur intellectuelle.

2011

Bernard MORIN, Jean-Marie MORAND, Gérald SIGOUIN, Nicole TREMBLAY, Gaston FAUCHER, Jean TRUDEL, Ulric AYLWIN, Patrick MERRIEN, Denise BRUNEAU-MORIN et Hélène ALLAIRE

Marie-Claude Pineault et 7 ex-présidents de l'AQPC lauréats

L’AQPC célèbre en 2011 ses 30 ans de contribution à l’animation de la vie pédagogique des collèges. Créée en 1981 par ses 17 premiers membres, l’AQPC en compte maintenant plus de 1 100! Tout le chemin parcouru depuis la fondation de l’AQPC a été tracé par les bénévoles qui ont maintenu pendant ces 30 ans un engagement indéfectible envers elle. C’est la constance de cet engagement bénévole de la part de membres du réseau collégial que le conseil d’administration de l’AQPC a voulu mettre en valeur en décernant le prix Gérald-Sigouin 2011 aux dix personnes qui ont assumé la présidence de l’Association au cours de ses 30 premières années : Bernard MORIN (1981-1983), Jean-Marie MORAND (1983-1986), Gérald SIGOUIN (1986-1988 et 1993-1994), Nicole TREMBLAY (1988-1990), Gaston FAUCHER (1990-1993), Jean TRUDEL (1994-1997), Ulric AYLWIN (1997-1998), Patrick MERRIEN (1998-2004), Denise BRUNEAU-MORIN (2004-2006) et Hélène ALLAIRE (2006-2008). Ces dix présidentes et présidents, avec leurs collègues du conseil d’administration, ont fait naître un lieu de rassemblement et l’ont soutenu dans des périodes souvent difficiles, non seulement par leur énergie et leur compétence, mais aussi parfois en se portant caution de l’Association dans ses premiers engagements contractuels. Ils ont animé l’Association et l’ont fait croître jusqu’à ce qu’elle rejoigne les pédagogues de tous les collèges, tant publics que privés, et qu’elle déborde vers le monde universitaire québécois et dans les collèges francophones du Canada. Mais c’est bien plus qu’une association qu’ils ont créée et dirigée pendant ces 30 ans; c’est un modèle original d’exercice de la profession enseignante qu’ils ont contribué à mettre en place. Leur persévérance dans la promotion de la qualité de la formation collégiale et leur engagement patient à faire reconnaître la complexité et la valeur de la profession enseignante ont contribué à transformer la pratique de la profession. Puisque derrière chaque grande femme et chaque grand homme s’en cachent d’autres, à travers la remise de cette distinction, l’AQPC rend aussi hommage à tous les bénévoles qui les ont accompagnés au sein du conseil d’administration, au comité de rédaction de la revue Pédagogie collégiale et dans l’organisation des colloques annuels.

2010

Charles Gravel

Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD)

Des milliers d’étudiants ont utilisé les outils d’amélioration du français écrit du Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD) pendant leur passage au collège. Des centaines d’enseignants dans tous les collèges y recourent régulièrement. Avec ces outils, la pédagogie du français écrit dans l’ensemble du réseau collégial porte la marque d’un travailleur discret : M. Charles Gravel. En lui attribuant le prix Gérald-Sigouin 2010, l’AQPC reconnaît que le réseau collégial lui est grandement redevable pour le dispositif d’aide à l’apprentissage du français écrit qui est maintenant en place. L'AQPC veut aussi signaler la persévérance, l’esprit innovateur et l’approche rassembleuse qui ont caractérisé la carrière de Charles Gravel. D’abord professeur de français au Collège de Maisonneuve, Charles Gravel a assumé, à compter de 1989, le mandat de chargé de projet au Programme de développement de matériel didactique de la Direction générale de l’enseignement collégial qui allait être à l’origine du CCDMD. M. Gravel est devenu en 1994 responsable du « programme de français » du CCDMD et a organisé dès lors plus d’une vingtaine de rencontres des centres d’aide en français : les « Intercafs ». Ce réseau demeure encore aujourd’hui un lieu de rassemblement et de mobilisation pour les spécialistes de l’aide en français dans tout le réseau collégial. L’année suivante, M. Gravel lançait le bulletin Correspondance, dont il a assuré la publication jusqu’à sa retraite en 2006. Par ailleurs, la section Amélioration du français du site Internet du CCDMD est certainement une des contributions majeures que Charles Gravel laisse au réseau collégial. Elle comprend, entre autres, plus de 1 125 fichiers PDF accessibles aux enseignants et aux étudiants du réseau collégial québécois comme de toute la francophonie, des exercices interactifs, des jeux pédagogiques comptant plus de 8 000 questions animées, des tests diagnostics interactifs, desdocuments théoriques, un répertoire des meilleurs sites Internet pour l’amélioration de la langue, des documents conçus à l’intention des allophones et bien d’autres ressources. Déjà reconnus par les prix Mérites du français de l’Office québécois de la langue française et Octas de la Fédération informatique du Québec, ces outils sont largement exploités, comme en témoignent les millions de requêtes et de téléchargements qu’accumule chaque année la section Amélioration du français du site Internet du CCDMD. 

2009

Christian Barrette

Collège Ahuntsic

Certaines rares personnes parviennent, au cours de leur carrière, à maîtriser toutes les grandes dimensions de leur profession. C’est le cas de Christian Barrette, en qui l’AQPC a vu un modèle de ce qu’est un enseignant de collège : passionné par son objet d’étude, engagé auprès de ses étudiants, auteur de matériel didactique, expérimentateur et expert dans l’exploitation pédagogique des technologies de l’information, chercheur réputé en pédagogie et formateur reconnu par ses collègues. Christian Barrette a enseigné l’anthropologie au Collège Ahuntsic pendant 35 ans. Il a publié ou participé à titre de co-auteur à la publication de 4 volumes et de 23 articles en anthropologie, archéologie ou pédagogie, en plus de concevoir un cours pour le Cégep à distance. Il a également produit 15 logiciels, banques de données ou environnements virtuels d’apprentissage, dont Copilote et la version française de CmapTools, tous deux pour le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD). Ses analyses des environnements virtuels ainsi que ses propres expériences à titre de formateur en ligne et d’animateur d’une communauté de pratique ont fait de lui une référence incontournable en matière de technopédagogie. Chercheur réputé, Christian Barrette s’est signalé par ses contributions à titre de membre du Groupe de recherche-action de PERFORMA. Tous les acteurs du réseau collégial se réfèrent à ses publications portant sur les conditions d’efficacité des TIC, notamment celles qui présentent les résultats de la métasynthèse qui porte sur l’effet des TIC sur l’enseignement et l’apprentissage, conduite pour le compte de l’Association pour la recherche au collégial (ARC). Christian Barrette est un homme de concertation et de collaboration. Sa carrière montre ce que signifie « travailler en réseau ». Au sein du Collège Ahuntsic, il s’est engagé auprès de ses collègues dans le développement pédagogique et institutionnel. Il a aussi multiplié les interventions dans les grands événements du réseau collégial par ses communications aux colloques de l’ARC, de l’Association pour les applications pédagogiques de l’ordinateur au postsecondaire (APOP), de l’Association des professeurs d’anthropologie, de l’Association des collèges privés du Québec (ACPQ). Bien sûr, il fut aussi et est encore un intervenant important dans les colloques de l’AQPC et dans la revue Pédagogie collégiale. Encore aujourd’hui, il demeure une personne-ressource recherchée pour la formation continue de ses collègues à travers le réseau PERFORMA, pour lequel il a créé 14 cours différents en plus d’agir comme directeur d’essai, et pour l’ARC, au sein de laquelle il agit à titre d’accompagnateur auprès de nouveaux chercheurs.

2008

Gaston Faucher

Collège François-Xavier-Garneau

En 2008, c’est à monsieur Gaston Faucher que l’AQPC remet le prix Gérald-Sigouin. Cet hommage vient signaler une carrière remarquable faite de vision, de persévérance et de générosité. Gaston Faucher était, jusqu’en juin 2007, directeur des études au Collège François-Xavier-Garneau où il a oeuvré pendant plus de trente ans et d’où il a marqué le réseau collégial. Il a ouvert un chemin dans lequel l’AQPC, comme plusieurs de nos collègues de l’ensemble du Québec, restera engagée encore longtemps. Gaston a été responsable de l’implantation du programme PERFORMA au Collège François-Xavier-Garneau, membre de nombreux groupes de travail dans le réseau PERFORMA et président fondateur de l’Association des répondants locaux PERFORMA en 1979. Il a également participé à la fondation de l’AQPC en 1981, dont il est devenu président en 1991. Pendant ses années à l’AQPC, il s’est fait remarquer pour son engagement et ses convictions en faveur de l’approche-programme, de la professionnalisation de l’enseignement et de la reconnaissance de la qualité de l’enseignement collégial. En parallèle, il a soutenu l’intégration des technologies à l’enseignement dans son collège comme dans l’ensemble du réseau collégial. Son engagement envers la qualité de l'enseignement collégial l'a amené à promouvoir l'évaluation des programmes et des enseignements, notamment par sa contribution à la création du Centre d'intervention en évaluation du personnel enseignant (CIREPE), pour lequel son collège s'est vu décerner le Prix d'excellence en administration publique par l'Institut d'administration publique du Québec. Au cours de sa carrière, Gaston Faucher a publié nombre de textes et rapports qui ont eu un écho considérable, en plus de prononcer plusieurs conférences marquantes pour le réseau. Nous retenons aussi son projet de création d'un Centre d'études, de développement et d'animation pédagogique ayant orienté les actions de l'AQPC pendant près de 20 ans. Gaston Faucher a quitté le réseau collégial sobrement, comme il a mené sa carrière. Mais il laisse derrière lui des traces qui disent l’importance de sa contribution à notre réseau. Avec caractère, mais dans le respect des personnes, avec discrétion, mais avec beaucoup de détermination, enfin, avec une profonde honnêteté morale et de fortes convictions pédagogiques, Gaston Faucher a contribué à faire de grandes choses. Sa carrière montre qu’il est possible d’ouvrir les chemins sans vacarme. Les membres du conseil d’administration de l’AQPC sont fiers et heureux de proclamer que sa contribution remarquable ne sera pas oubliée.

2007

Bruno Geslain

Collège Dawson

Dans l’attribution du prix Gérald-Sigouin, l’AQPC tient compte des réalisations des personnes mises en nomination, de leur influence sur les autres personnes œuvrant dans les collèges et de leurs effets sur les étudiants. L’AQPC prend également en compte la concordance de ces réalisations avec les valeurs qu’elle met de l’avant. En 2007, toutes ces raisons ont conduit les membres du conseil d’administration à atttribuer ce prix à Bruno Geslain. Bien sûr, M. Geslain est associé à la recherche collégiale. Ainsi, il n’est pas étranger à la tenue, au Collège Édouard-Montpetit, en juin 1987, du premier colloque sur la recherche, celui-là même qui devait donner lieu à la création de l’Association pour la recherche au collégial (ARC). Membre du conseil d’administration de cet organisme pendant de nombreuses années, il en a été président de 2001 à 2005. Depuis plus de 20 ans, il reste un ardent promoteur de la recherche collégiale, contribuant au développement du Programme d’aide à la recherche sur l’enseignement et l’apprentissage (PAREA) et à l’organisation de colloques pour regrouper les chercheurs des collèges. Les membres du conseil d’administration de l’AQPC saluent en Bruno Geslain un innovateur qui a ainsi collaboré à transformer notre réseau. Par ailleurs, Bruno Geslain s’est consacré pendant de nombreuses années à soutenir les enseignants du réseau dans leurs besoins de développement professionnel. Il a activement travaillé à l’organisation de la relève enseignante et à l’élaboration de programmes de perfectionnement. Sa contribution au Comprehensive Professional Development Program for New Teachers in the Anglophone Sector a donné lieu à la mise en place d’un pendant anglophone du programme PERFORMA. Dans sa carrière, Bruno Geslain a été tour à tour superviseur de l’enseignement du français en Louisianne, directeur adjoint d’école à Povungnituk, coordonnateur au développement professionnel et à la recherche au Collège Dawson et agent de liaison pour les collèges anglophones membres de PERFORMA. Depuis deux ans, il coordonne, au nom des collèges anglophones publics et privés du Québec et en collaboration avec le Secteur de l’enseignement supérieur de la Direction générale des affaires universitaires et collégiales, les projets découlant de l’Entente Canada-Québec. Bruno Geslain est un homme d’harmonie et de concertation : il a su concilier enseignement et recherche, réseaux anglophone et francophone, production individuelle et regroupement des personnes. Il a déjà marqué le réseau collégial par l’importance de ses réalisations et sa carrière représente un exemple d’ouverture et de partage qui rejoint les valeurs de l’AQPC.

2006

Claude Gagnon

Cégep de Thetford

À chaque année, depuis 1990, l’AQPC remet un prix Hommage à une personne dont le travail a marqué le monde collégial. Ce prix a été renommé prix Gérald-Sigouin, en l'honneur de l'un des fondateurs et premier directeur général de l'Association. Le premier récipiendaire du prix ainsi désigné est M. Claude Gagnon. M. Gagnon est l’un des pionniers de l’enseignement collégial. Il a œuvré pendant 32 ans au Cégep de Thetford à titre d’enseignant, de conseiller pédagogique, de directeur des études et de directeur général. En parallèle, il a contribué à constituer le réseau collégial et à construire les assises de son expertise pédagogique. Au cours de sa carrière, Claude Gagnon a coordonné l’implantation de l’approche programme en sciences humaines, présidé le groupe de travail sur le développement pédagogique en informatique, coordonné des projets de recherche sur l’alternance travail-études, la coopération, les difficultés de lecture et l’aide à l’apprentissage. Il a rédigé ou collaboré à la rédaction de plusieurs écrits largement utilisés dans le réseau collégial, dont les productions du Pôle de l’Est et plusieurs documents didactiques utilisés dans le cadre des programmes de PERFORMA. M. Gagnon est également concepteur et auteur d’Étudiant Plus et de Résultats Plus, des outils qui permettent aux élèves de prendre conscience de leur conception de l’apprentissage et de faire le point sur les facteurs qui affectent leur réussite. Claude Gagnon a été un innovateur et un animateur qui a su entraîner ses collègues dans le développement pédagogique du réseau collégial. Il a été membre de l’exécutif fondateur de l’AQPC où il a siégé pendant cinq années. Il a agi comme formateur à PERFORMA et il a présidé la délégation collégiale de PERFORMA pendant deux ans. Son expertise a bien souvent été reconnue, notamment par les invitations qui lui ont été adressées à participer à différents groupes de travail de l’AQPC, du Conseil supérieur de l’éducation ou de la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial. Il a également été honoré, en 2003, par la direction de PERFORMA pour sa contribution au développement pédagogique et organisationnel du réseau collégial. Bien qu’il soit officiellement à la retraite, il continue de contribuer à l’animation pédagogique du réseau par son engagement dans le Carrefour de la réussite. En 2006, l’AQPC rend hommage publiquement à Claude Gagnon pour une carrière exceptionnelle consacrée au réseau collégial.

2005

Gérald Sigouin

Association québécoise de pédagogie collégiale

À l'occasion de son 25e anniversaire, l’AQPC rend hommage à l’un des ses fondateurs, à son premier directeur général et à son principal animateur au cours de ces 25 années : M. Gérald Sigouin. M. Sigouin entreprend sa carrière en enseignement au primaire en 1966. Il passe au secondaire dès l’année suivante pour intégrer le collégial à titre d’enseignant au Collège Marie-Victorin en 1992. En plus de sa tâche d’enseignant, Gérald Sigouin coordonne le département des Arts et lettres du Collège Marie-Victorin puis, en 1978, y devient conseiller pédagogique. À ce titre, il anime des journées pédagogiques, publie le bulletin Propos pédagogiques, organise des activités réunissant des étudiants et des enseignants du réseau collégial, agit comme répondant local PERFORMA et trouve le temps d’assumer la vice-présidence de la troupe de théâtre Les acteurs associés. Tout au long de sa carrière, il aura été un créateur. En 1981, il fait partie du petit groupe qui fonde l’AQPC. En 1985, il organise le colloque de l’Association dont il devient président en 1986, puis directeur général à partir 1988. Il contribue à la fondation de la revue Pédagogie collégiale pour laquelle il assume le rôle d'éditeur. Il coordonne la publication de huit volumes qui sont encore largement diffusés dans le réseau collégial. Il crée la Mention d'honneur de l'AQPC, par laquelle l'Association rend hommage à des enseignants qui se sont signalés par leur engagement pédagogique, et il met sur pied les activités de perfectionnement pédagogique de l'AQPC. En 2004, Gérald Sigouin prend sa retraite... pour devenir directeur d'un programme universitaire de formation destiné aux futurs enseignants du collégial. Gérald Sigouin est toujours fortement engagé dans le réseau collégial. Toute sa carrière aura été marquée par l'engagement personnel et par la générosité. Dans tous les collèges du Québec, des enseignants ont bénéficié de son action. Dans toutes les régions du Québec, des étudiants ont profité des retombées de son engagement. Des milliers de personnes sont redevables à Gérald Sigouin et tous ceux qui ont pu le côtoyer savent à quel point il a contribué à façonner l'expertise pédagogique du réseau collégial québécois. Pour le conseil d'administration de l'Association, c'est un plaisir et un honneur de rendre hommage à Gérald Sigouin, directeur fondateur de l'AQPC.

2004

Paul Forcier et Jean-Pierre Goulet

Association québécoise de pédagogie collégiale

En 2005, l'AQPC est fière de rendre hommage à deux personnes qui ont mis leurs talents et leurs énergies au service de la revue Pédagogie collégiale : Paul FORCIER, qui agit comme responsable de la composition électronique et comme conseiller auprès du rédacteur en chef depuis 1988, et Jean-Pierre GOULET, qui a occupé le poste de rédacteur en chef de 1987 à 1999. Hommes de passion, intègres et dévoués, ils y sont pour beaucoup dans le développement de la pédagogie au collégial. Après quelques années d’enseignement au secondaire comme professeur de mathématiques, Paul FORCIER a été professeur de philosophie au Collège Saint-Jean-Marie-Vianney, au Cégep de Drummondville puis au Collège Marie-Victorin, où il a travaillé pendant plus de vingt ans. Comme professeur, il a produit avec un de ses collègues deux manuels d’initiation à la philosophie destinés aux élèves de première année du collégial. Devenu conseiller pédagogique, il a participé activement, en 1977, à la mise sur pied de PERFORMA au Collège Marie-Victorin et il y a agi pendant quelques années comme répondant local et conseiller pédagogique. Il a ensuite été prêté à l’Université de Sherbrooke comme membre du Groupe de recherche-action de PERFORMA, puis coordonnateur du Certificat de perfectionnement en enseignement collégial. De retour au Collège Marie-Victorin, en 1983, il a été adjoint à la direction des études. À compter de 1993, il est devenu travailleur autonome et, à ce titre, il a, entre autres, été professeur de philosophie au Centre collégial de formation à distance (devenu depuis le Cégep à distance), conseiller pédagogique occasionnel dans différents collèges, personne-ressource dans le cadre d’activités pédagogiques inscrites à PERFORMA et chargé de cours en édition électronique à la Faculté d’éducation permanente de l’Université de Montréal. En tant que membre de l’AQPC depuis sa fondation, il a fait paraître plusieurs articles dans Pédagogie collégiale et il est intervenu dans des colloques de l’Association. Pour sa part, Jean-Pierre GOULET a d’abord été professeur d’anthropologie ainsi que conseiller pédagogique et répondant local PERFORMA au Collège de L’Assomption. En 1986, il quitte son emploi pour devenir consultant en développement pédagogique. À ce titre, en plus de diriger la revue Pédagogie collégiale et d’être chargé de projets à l’AQPC, il a donné des activités PERFORMA portant principalement sur la planification de l’enseignement et l’évaluation des apprentissages dans une vingtaine de collèges. Depuis 1999, il agit notamment comme personne-ressource auprès de directions de collèges et d’équipes de professeurs. Il a rédigé la politique institutionnelle d’évaluation des apprentissages de l’École nationale de cirque, où il a également encadré des professeurs dans l’élaboration du Programme préparatoire à la formation professionnelle en arts du cirque. Il a aussi participé activement à l’élaboration d’un programme de formation initiale en pédagogie à l’intention du nouveau personnel enseignant et de l’AEC Technologie des véhicules électriques et hybrides au Collège Saint-Jérôme, ainsi que des programmes de musique au Cégep régional de Lanaudière à Joliette. Depuis 2002, il enseigne régulièrement à l’École nationale de police du Québec. Membre fondateur de l’AQPC, il a écrit de nombreux articles pour Pédagogie collégiale et il a édité Enseigner au collégial (Collectif sous la direction de Jean-Pierre Goulet, AQPC, 1993).

2003

Alain Lallier

Cégep du Vieux Montréal

Alain Lallier a commencé sa carrière en éducation comme professeur de philosophie au Cégep de Trois-Rivières. Il en devient ensuite directeur des services pédagogiques puis directeur général. En 1991, il est nommé directeur général du Cégep du Vieux Montréal, poste qu’il occupera jusqu’au moment de sa retraite, en 2003. Son parcours professionnel est marqué par la préoccupation constante d’assurer la qualité de l’enseignement dispensée dans les cégeps et de favoriser le développement du réseau collégial dans son ensemble. Il s’est engagé activement dans la formation professionnelle du personnel enseignant, notamment en présidant le Regroupement des collèges PERFORMA et le Comité sur la recherche au collégial (Fédération des cégeps). Son souci d’assurer une continuité entre le secondaire et le collégial l’a conduit à siéger à de nombreux groupes de travail qui visaient la concertation entre les deux ordres d’enseignement et l’harmonisation de leurs programmes d’études. Conscient du rôle que les cégeps doivent jouer dans leur milieu et préoccupé par la pertinence de la formation offerte aux élèves, il a multiplié les efforts pour établir des liens avec l’industrie et les universités, tant au plan local que provincial. Il s’est en outre intéressé activement au rôle des technologies de l’information et des communications en éducation. Comme membre du conseil d’administration du Réseau d’informations scientifiques du Québec (RISQ), il a contribué à la mise en place de l’inforoute de l’enseignement supérieur, et il participe présentement à un projet de réseau de salles de vidéoformation pour le perfectionnement des enseignants en utilisant la large bande de l’inforoute de l’enseignement supérieur. En 2003, l'AQPC est fière de rendre hommage à Alain Lallier, un bâtisseur du réseau collégial.

2002

Denise Barbeau

Collège de Bois-de-Boulogne

Professeure émérite et chercheuse de renom, Denise Barbeau enseigne la psychologie au Collège De Bois-de-Boulogne depuis 1970. La qualité de son travail et la générosité de son engagement dans l'enseignement comme dans la recherche lui ont valu l'estime, le respect et l'admiration de ses élèves autant que de ses collègues. Elle a contribué de façon très importante à la compréhension des facteurs de réussite scolaire et du phénomène de la motivation chez les élèves, et elle a publié de nombreux articles et ouvrages sur ces sujets, dont Tracer les chemins de la connaissance et Sur les chemins de la connaissance, en collaboration avec Claude Roy et Angelo Montini. Elle est également l'auteure de quatre documents audiovisuels qui portent sur le travail et la vieillesse, sur le travail des enseignants et sur la réussite scolaire. Ses travaux lui ont valu plusieurs Prix du Ministre. Sa préoccupation pour la qualité de l'enseignement et de l'apprentissage dans l'ensemble du réseau l'a amenée à déborder du cadre de son enseignement, de ses recherches et de ses publications, notamment en participant au comité de rédaction de Pédagogie collégiale de 1991 à 1997 et au conseil d'administration de l'AQPC de 1997 à 1999. En 2002, c'est avec beaucoup de fierté que l'AQPC rend hommage à Denise Barbeau pour sa contribution excptionnelle au développement de la pédagogie collégiale.

2001

Hélène Lavoie

Ministère de l'Éducation

En 2001, l’AQPC rend hommage à Madame Hélène Lavoie, agente de recherche au ministère de l'Éducation. Dans la mise en œuvre de leur mission et de leurs activités, les cégeps reçoivent le soutien des ministères concernés. Et puis, ils reçoivent parfois un cadeau : une personne dévouée, un véritable compagnon de route. Hélène Lavoie est une de ces personnes. En tant qu’agente de recherche et conseillère à la recherche au ministère de l’Éducation, Hélène a contribué de 1986 à 2001, avec un professionnalisme exceptionnel, au développement des dossiers de la recherche, du tutorat par les pairs, de la réussite scolaire, de l’accueil et de l’intégration des nouveaux élèves ainsi que des technologies de l’information et des communications. Quant à ces dossiers, elle a été l'interlocutrice privilégiée au Ministère tant pour l’AQPC que pour des organismes tels que l’APOP, l’ARC, la Vitrine APO, etc. Chaleureuse, compétente, rigoureuse, travailleuse acharnée, douée d’une grande capacité d’écoute et trop modeste, Hélène Lavoie, qui nous a fait bénéficier de toutes ces qualités, va poursuivre ses activités au ministère de la Famille et de l’Enfance. À des personnes comme Hélène Lavoie, le réseau collégial ne peut dire que « Merci! », du fond du cœur!

2000

Fondateurs de l'AQPC

Normand Bérubé, Monique Dubreuil, Gaston Faucher, Claude Gagnon, André Gaudreau, Jacques Gilbert, Roger Girard, Claide Giroux, Jean-Pierre Goulet, Rhéo Lacroix, Jean-Paul Michaud, Jean-Marie Morand, Bernard Morin, Gilles Paiement, Gilbert Rouzier, Gérald Sigouin et Nicole Tremblay 

Cégep de Sept-Îles, Collège Ahuntsic, Collège François-Xavier-Garneau, Collège de la région de L'Amiante, Cégep de Saint-Hyacinthe, Collège de Shawinigan, Collège de Bois-de-Boulogne, Collège de l'Assomption,  Cégep de Rivière-du-Loup, Collège de Limoilou, Cégep de Saint-Jérôme, Cégep de Matane et Collège Marie-Victorin 

En août 1980, à La Pocatière, des conseillers en recherche et expérimentation du réseau collégial public proposaient de mettre sur pied une association pédagogique regroupant les membres du personnel enseignant, cadre et professionnel des établissements privés et publics du réseau collégial québécois. Un comité fut alors chargé du projet. Il se composait de Claude GAGNON, Jean-Paul MICHAUD, Bernard MORIN et Nicole TREMBLAY. En juin 1981, à Saint-Hippolyte, dans les Laurentides, dix-sept personnes participaient à la fondation officielle et au premier colloque de l’AQPC. Douze de ces personnes appartenaient au personnel professionnel et cinq au personnel enseignant. Lors de la première assemblée générale, les fondateurs élisaient Bernard Morin à la présidence de leur nouvelle association. En 2000, pour souligner à la fois le 20e anniversaire de l'AQPC et saluer la très heureuse initiative de ce groupe de pédagogues visionnaires, l'AQPC leur rend un hommage des plus chaleureux. 

1999

Fondateurs de PERFORMA

En 1999, l'AQPC rend hommage aux personnes qui ont fondé PERFORMA, un secteur de l'Université de Sherbrooke qui, au fil des ans, a permis à des milliers de pédagogues du réseau collégial de se former, de se perfectionner et d'innover. « En 1973, le Cégep de Sherbrooke s’entend avec l’Université de Sherbrooke pour offrir du perfectionnement pédagogique à ses enseignantes et enseignants. L’année suivante, trois établissements d’enseignement collégial de la région de Montréal se joignent au Cégep de Sherbrooke. Ainsi naissait PERFORMA. Durant ses dix premières années, l’histoire de PERFORMA se confond avec celle de son programme de 1er cycle, le certificat de perfectionnement en enseignement au collégial (CPEC). À la fin de l’année 1983, le réseau PERFORMA comprend vingt-sept établissements d'ordre collégial. La seconde étape du développement de PERFORMA s’étend aussi sur une décennie; cette période est marquée par l’ajout et l’utilisation d’un ensemble de nouveaux programmes de 2e cycle et par l’adhésion d’un ou deux nouveaux collèges annuellement. Avec le Renouveau de l’enseignement collégial en 1994, PERFORMA entre dans sa troisième étape de développement. Le Renouveau propose de nouveaux défis au développement pédagogique des collèges; les établissements d’enseignement doivent mettre en place des politiques d’insertion professionnelle, d’évaluation et de perfectionnement de leur personnel enseignant. Ce contexte amène PERFORMA et ses collaborateurs à produire Un profil de compétences du personnel enseignant du collégial (1999). Plusieurs groupes de travail, dont le Pôle de l’Est, ont contribué de manière significative par leur réflexion et leurs publications à soutenir l’élaboration des programmes d’études formulés par compétences au collégial. » (Source : PERFORMA, http://www.usherbrooke.ca/performa/fr/decouvrir-performa/bref-historique/).

1998

Paul Inchauspé

Collège Ahuntsic

En 1998, l'AQPC rend un vibrant hommage à Paul Inchauspé, dont la carrière est celle d'un visionnaire, d'un pédagogue et d'un gestionnaire innovant ainsi que d'un penseur dont les nombreux écrits ont profondément marqué le milieu collégial. En 1966, Paul Inchauspé se joint aux rangs des professeurs de philosophie, d'abord au Collège Mont-Saint-Louis, puis au Cégep du Vieux Montréal. Il devient en 1972 adjoint des services pédagogiques de ce dernier, avant d'en prendre la tête quelques années plus tard, puis de devenir directeur général du Collège Ahuntsic en 1983. « Parallèlement à ses tâches de gestionnaire, Paul Inchauspé s'implique intensément dans un grand nombre d'organismes reliés au milieu de l'éducation. (...) Par ailleurs, à titre de délégué canadien, Paul Inchauspé est l'auteur d'une étude sur l'enseignement post-obligatoire au Québec menée par l'Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE) en 1987. Il est également le rédacteur principal des chapitres II et III du rapport "Préparer les jeunes au XXIe siècle", rapport produit en 1994 par le Groupe de travail sur les profils de formation au primaire et au secondaire (...). En1995-1996, il agit à titre de commissaire à la Commission des États généraux sur l'éducation pour laquelle il produit plusieurs études et analyses. Dans la foulée des travaux de cette commission, il est par la suite nommé président du Groupe de travail sur la réforme des curriculums d'études duprimaire et du secondaire. Sous le titre "Réaffirmer l'école", le rapport du groupe est publié en juin 1997. (...) Pour conclure ce survol, rappelons qu'en mai 1998, lors de la 13ième édition de son Gala annuel, l'Institut d'administration publique de Québec a décerné à Paul Inchauspé son "Prix carrière l998", prix qui souligne les performances administratives exceptionnelles ayant marqué le parcours du récipiendaire. » (Source : Archives de Paul Inchauspé, Collège Ahuntsic, http://www.collegeahuntsic.qc.ca/college/publications/archives-de-paul-i...)

1997

Louise Lafortune, Lise St-Pierre, Jean Désilets et Daniel Roy

Cégep André-Laurendeau, Cégep de Baie-Comeau et Cégep de Rimouski

En 1997, quatre chercheurs de haut niveau reçoivent le prix remis annuellement à des pédagogues ayant influencé de façon positive le réseau des collèges. C'est assurément le cas de ces chercheurs que sont Louise Lafortune, Lise St-Pierre, Jean Désilets et Daniel Roy, que ce soit par leurs travaux sur la métacognition, sur la dimension affective des apprentissages, sur la didactique des mathématiques, sur l'interculturel, sur l'accueil et l'intégration des étudiants, sur le développement de la pensée formelle et sur bien d'autres sujets d'importance pour l'ensemble du réseau collégial et la réussite des étudiants qui le fréquentent.

1996

Ulric Aylwin

Collège de Maisonneuve

Formateur, animateur, conférencier, lecteur averti, insatiable et rédacteur infatigable, Ulric Aylwin est une figure bien connue du monde de l’éducation. Plusieurs ont eu l’occasion de lire ses textes dans la revue Prospectives ou encore dans Pédagogie collégiale et nombreuses sont les personnes - novices en enseignement ou professeurs chevronnés - qui, pour enrichir leur pratique, puisent régulièrement à son Petit guide pédagogique ou à La différence qui fait la différence... Pédagogue convaincu, Ulric Aylwin a accordé la primauté à l’apprentissage, entre autres, par le moyen de l’évaluation formative. Il imaginait l’élève actif en classe tout comme il souhaitait le voir développer des habiletés intellectuelles de haut niveau ainsi que des compétences langagières dans tous les cours du programme. Durant sa carrière, il a su défendre avec ardeur le programme PERFORMA dont il a marqué l’évolution. En parallèle, il a accompagné sur le terrain des centaines d’enseignants dans leur perfectionnement pédagogique, et ce, à travers tout le Québec. L’AQPC lui retourne le mot de Churchill qu’il paraphrasait, en 1996, en l’adressant à l’Association qui lui rendait alors hommage : « Jamais, dans l’histoire de la pédagogie au Québec, aura-t-on vu tant de personnes devoir autant à aussi peu de personnes. »

1995

Luce Goerlach

Cégep du Vieux Montréal

Active, connue et respectée dans le milieu de l'éducation, Luce Goerlach y évolue depuis plusieurs années lorsque l'AQPC lui rend hommage en 1995. Grandement concernée par l'enseignement préuniversitaire et technique, soucieuse de s'inscrire comme agente de changement dans les débats pédagogiques qui marquent l'évolution des cégeps, c'est successivement à titre d'agente de recherche à la Commission d'évaluation du Conseil des collèges, de conseillère en affaires éducatives à la Fédération des cégeps et de directrice des études qu'elle inscrit ses interventions. Luce Goerlach a contribué à l'avancement de plusieurs dossiers reliés à la recherche et à l'expérimentation pédagogiques, à l'évaluation des apprentissages et des programmes de formation. Par la justesse de ses interventions et par le professionnalisme dont elle fait preuve, elle est une ressource dynamique de développement pédagogique dont nous pouvons être fiers.

1994

Jacques Laliberté

CADRE et PERFORMA

Figure connue et respectée dans le milieu de l’éducation, Jacques Laliberté y oeuvre depuis plusieurs années, principalement comme agent de recherche au Centre d’animation,de développement et de recherche en éducation (CADRE) jusqu’en 1986 et, depuis, comme membre du Groupe de recherche-action de PERFORMA (Université deSherbrooke). Sa feuille de route est impressionnante. Mentionnons qu’il a été rédacteur en chef de la revue Prospectives et qu’il a fait partie du premier comité de rédaction de Pédagogie collégiale. Il a dirigé des recherches importantes, dont celle qui a portésur les Ressources et pratiques pédagogiques dans les collèges (1980). Jacques Laliberté est l’auteur, entre autres, de La formation fondamentale. La documentation américaine (1984) et de La formation fondamentale. La documentation française (1987), deux écrits parmi les plus importants touchant la formation fondamentale. Par la qualité et la pertinence de ses travaux, Jacques Laliberté a été et continue d’être un des agents importants de développement pédagogique dont le collégial a raison d’être fier. Pour cette raison, l'AQPC lui rend hommage en 1994.

1993

Les répondants locaux de PERFORMA

PERFORMA

En 1993, l'AQPC rendait hommage à l'ensemble des personnes assumant le rôle de Répondant local de PERFORMA. « Le mandat de la personne répondante locale est d'assumer la responsabilité immédiate de la réalisation des programmes PERFORMA dans un établissement d'enseignement collégial. Choisie par l'établissement d'enseignement collégial et agréée par l'Université de Sherbrooke, elle est l'interlocutrice de l'établissement d'enseignement collégial vis-à-vis des responsables du Secteur PERFORMA à l'Université de Sherbrooke. » (Source : PERFORMA, http://www.usherbrooke.ca/performa/fr/nous-contacter/personnes-repondant...)

1992

Guy Rocher

Commission Parent

Extrait de l'hommage prononcé par Gaston Faucher en juin 1992, lors de l'hommage rendu par l'AQPC à M. Guy Rocher : « En cette année où l’enseignement collégial fête ses 25 ans, l’AQPC veut souligner l’éclat d’une éblouissante carrière d’enseignant, d’éducateur et de penseur de l’éducation, la contribution remarquable d’une personne qui a fait connaître internationalement la richesse de la pensée de chez nous, dont les oeuvres ont contribué à nous donner à nous-mêmes une meilleure compréhension de notre culture et de notre société, d’une personne dont les travaux, dans le cadre de la Commission Parent, ont été à l’origine de la création des cégeps. (...) Cet éminent professeur a aussi assumé à maintes reprises des responsabilités de premier plan dans le développement de la société québécoise. C’est ainsi qu’il a été pendant quatre années Secrétaire général associé au Conseil exécutif du gouvernement du Québec, qu’il a été sous-ministre au développement culturel puis sous-ministre au développement social du gouvernement du Québec. Il a de plus participé à de nombreux groupes de travail de grande importance stratégique pour le développement social et culturel du Québec : groupes de travail sur la création de l’Université du Québec, sur l’enseignement et la recherche universitaire, sur les communications et les médias, etc. On pourrait continuer encore longtemps la relation des hauts faits de la vie professionnelle de Monsieur Rocher. Mais, c’est l’enseignant et le penseur de l’éducation québécoise que nous voulons saluer de façon toute particulière. Vingt-cinq années après le rapport de la Commission Parent, il nous semble particulièrement inspirant de souligner le parcours d’un enseignant de carrière, d’une personne qui a cru à l’éducation postsecondaire, assez pour y passer sa vie, pour y consacrer de nombreux travaux de recherche et plusieurs ouvrages, pour aussi et surtout avoir consacré presque cinq années de sa vie à réfléchir sur les moyens de donner accès au plus grand nombre à une formation de niveau postsecondaire de qualité. L’invention, si l’on peut dire, des cégeps a été l’oeuvre de personnes inspirées, confiantes dans l’avenir, et prêtes à innover, comme le fut et l’est encore Monsieur Rocher. (...) Associé au destin des collèges et de l’éducation au Québec, Monsieur Rocher nous rappelles nos racines, certes, mais il continue de nous inspirer pour l’avenir. »

1991

Gilles Saint-Pierre

Ministère de l'Éducation

1990

Paul-Émile Gingras

CADRE

Lors de son colloque de 1990, l'AQPC soulignait l'apport remarquable de M. Paul-Émile Gingras au monde de l'éducation québécoise dans son ensemble, et plus particulièrement au développement de la pédagogie collégiale. Extrait de l'hommage rendu à cette occasion à M. Gingras par M. JacquesLaliberté : « Quand on s’attarde à l’expérience pédagogique de M. Gingras et qu’on prend connaissance de la longue liste de ses activités professionnelles, on comprend aisément qu’il ait pu développer une perception très nette des besoins à combler, des défis à relever et des réformes à apporter en matière d’éducation chez nous. Depuis le début de sa carrière, M. Gingras a tour à tour été professeur de français et d’histoire; secrétaire général, directeur d’études et recteur de collège; puis directeur du Service d’étude et de recherche du CADRE et enfin directeur général du même organisme. La liste de ses activités professionnelles est tout aussi impressionnante. (...) À sa riche expérience d’enseignant et d’administrateur de collège, il a ajouté celle de responsable d’un organisme œuvrant sur le plan provincial et celle d’un collaborateur actif au sein d’organismes clés de notre système d’enseignement. S’appuyant sur ce qu’il avait lui-même vécu et observé, tirant également parti des travaux des organismes externes dont il était participant, il a pu étayer ses analyses et ses propositions sur une problématique large et solide, en prise directe sur notre réalité à nous. Mais M. Gingras est aussi l’homme de l’ouverture au monde. Par ses lectures, ses voyages, sa participation régulière à des colloques qui se tenaient à l’étranger, il a toujours eu le souci de confronter notre situation à celle d’autres pays occidentaux. Il pouvait aussi y trouver matière à inspiration et ne s’est jamais privé de nous fournir des modèles et des référents à partir desquels nous pouvions mener notre autocritique, identifier de possibles éléments de solution à nos problèmes, opter pour des orientations qui nous appartiendraient en propre, dans la mesure où elles auraient passé par le creuset de notre histoire et de notre contexte culturel. (...) M. Gingras a (...) toujours été aussi préoccupé de la qualité des établissements publics que de celle des établissements privés. Il a multiplié les interventions en ce sens. (...) Il a fait corps avec l’expérience des cégeps, qui ont été la création la plus originale de la grande réforme de notre système d’enseignement au cours des années 60. » Extrait de l'hommage rendu à M. Gingras par Pierre Lucier : « Vous avez nourri une grande idée de l'éducation et de fermes visées d'excellence; vous avez cru dans l'étude, la réflexion et l'écriture; vous avez misé sur la lecture et l'information documentée; vous avez pensé adaptation, innovation et recherche; vous vous êtes constamment alimenté aux expériences et aux recherches étrangères;vous avez parlé et discuté avec les gens. Par-dessus tout, vous avez eu le souci d'éduquer et de vous éduquer. »

Shopping cart

Your shopping cart is empty.