Difficultés et paradoxe de la coopération

Numéro: 

4

Volume: 

18
Blondin, Denis

La coopération est plus que jamais au rendez-vous lorsqu'il est question de développer des compétences chez les élèves, lorsqu'on s'intéresse à leur réussite et qu'on s'inscrit dans une approche socioconstructiviste. De plus en plus présente dans les intentions éducatives et dans les stratégies pédagogiques des enseignantes et des enseignants du collégial, on ne soupçonne pas souvent tout ce que la coopération peut receler en termes de complexité du comportement humain. Les enseignantes et les enseignants ont fort à gagner à mieux connaître les dynamiques comportementales qui se jouent lorsqu'ils invitent les élèves à coopérer. La connaissance des dimensions de la coopération et la compréhension de ses mécanismes sont aussi très utiles et pertinentes dans le cadre du travail coopératif entre enseignantes et enseignants d'un département ou d'un programme ou dans le cadre d'autres comités de travail d'un établissement. Mieux comprendre le jeu qui se joue lorsque des individus sont invités à collaborer ensemble permet de donner plus de chance à la coopération de s'établir réellement. Cet article tente d'apporter un éclairage sur les mécanismes humains impliqués dans la coopération, de manière à rendre les personnes qui s'y engagent ou qui la mettent en place plus efficaces dans son processus d'instauration. La gestion, comme la pédagogie, n'est pas une science exacte qui fournirait des recettes toutes faites d'avance et universellement efficaces. Cela est vrai particulièrement dans le cas où il s'agit de travailler avec d'autres dans un climat de coopération et que des éléments dysfonctionnels posent problème par leur attitude récalcitrante. Que faire ? On ne peut obliger personne à coopérer. Chacun est libre de ses choix. Alors, comment expliquer que certains trichent ou sont tentés de faire défection quand la coopération semble à l'évidence la meilleure option ? Quel intérêt trouve-t-on à faire cavalier seul quand il vaudrait mieux coordonner ses efforts pour le bien commun ? Quel mystère se cache donc derrière cette apparente contradiction ? Tous ceux qui gèrent du personnel, enseignent ou animent des groupes connaissent les difficultés de la tâche. Comment favoriser un climat de coopération ? Quelle stratégie est la meilleure pour atteindre ce but ? Existe-t-il une théorie de la coopération qui soit à la fois précise, cohérente et simple qui pourrait servir de guide ?

Panier

Votre panier est vide.